Tour D'Europe des traditions de Noël

Tour d'horizon  des traditions de Noël dans différents pays.

"On commence par l'Allemagne : Froehliche Weihnachten

Allemagne : Froehliche Weihnachten

Les festivités de Noël débutent dès le début du mois de décembre chez les Allemands. La Saint-Nicolas, le 6 décembre est l’un des jours les plus attendus par les enfants.

Elle consacre la visite de Nikolaus (Saint-Nicolas) qui récompense les enfants sages, ou du père Fouettard qui vient punir ceux qui le sont un peu moins. Les places des villes et villages allemands sont alors investis par les célèbres marchés de Noël où l’on trouve décorations, cadeaux et douceurs à profusion. Noël, «Weihnachten », qui signifie « nuit sainte » est célébrée sur deux jours, car le 26 décembre est férié en Allemagne, l’occasion de rendre visite à ses parents et amis.
En Allemagne, la spécialité culinaire pour Noël est la Weihnachtsgans (l'oie de Noël) accompagnée en général de chou rouge et de pommes fruit.
Le Christstollen est le gâteau traditionnel de Noël, l'équivalent de notre bûche. Originaire de Dresde, il a une forme de pain allongé et la consistance d'un cake. Il contient des fruits confits, des raisins secs, des épices, du rhum, de la pâte d'amande en son milieu, le tout recouvert de sucre glace. La forme de ce gâteau, qui date du Moyen Âge, est censée  représenter le Christ bébé dans ses langes.

Puis en Angleterre : Merry Christmas

Angleterre : Merry Christmas

Les Anglais s’envoient des cartes de Noël tout au long du mois de décembre et accrochent celles qu’ils ont reçues au-dessus de leur cheminée.  Les enfants entonnent des chants anglo-saxons appelés «carols » dans la rue et aux portes des maisons en échange de quelques pièces de monnaie. La veille de Noël, les enfants disposent de grandes chaussettes au-dessus de la cheminée - dans lesquelles le Père Noël déposera des friandises et des petites surprises -, ainsi qu’un plateau-repas pour qu’ils puissent se restaurer. Le repas de Noël se fait traditionnellement le 25 au déjeuner. Sur la table, dinde farcie et Christmas pudding ont toujours leur place. Appelé aussi Plum pudding, il est traditionnellement préparé avec des raisins secs, des fruits confits, des amandes, de la farine, de la chapelure et de la graisse de rognons de porc ! Cuit à l'eau bouillante pendant de longues heures, il est souvent préparé un voire deux mois à l’avance. 
Si le 25 est férié, le 26 l’est également. C’est le « Boxing day ! ». Une journée de championnat de football entre Noël et le jour de l’An mais aussi la journée idéale pour voir ses amis et faire les soldes d’après Noël.

Puis au tour de la Belgique : Joyeux Noël ou Zalig Kerstfeest

Belgique : Joyeux Noël ou Zalig Kerstfeest

Gâtés à Noël, les enfants belges le sont également à la Saint-Nicolas, le 6 décembre. Dans les villes universitaires, les étudiants désertent les salles de cours et se rassemblent pour défiler, chanter et boire jusqu'à plus soif. Cette joyeuse « beuverie » est en partie financée par une collecte que les étudiants font, une chope à la main, dès le lever du jour. Les marchés de Noël commencent à se généraliser en Belgique ; on peut y sentir les effluves de vin chaud et d’hydromel. Pour le réveillon, le menu varie selon les régions mais on retrouve souvent la dinde, mais aussi le boudin vert appelé également « tripes à l’djotte », préparé à base de choux vert. A Liège, on prépare  la « boukète », une crêpe à la farine de sarrasin, frite à la poêle avec du beurre, agrémentée de raisins de Corinthe ou de ronds de pommes et servie saupoudrée de sucre fin ou de cassonade. On déguste au petit déjeuner le « cougnou », un pain à base d’œufs et de lait en forme de nouveau-né. Et pourquoi ne pas tremper ses lèvres dans une bière de Noël. Dans ce pays de grands amateurs, les brasseurs sortent des cuvées spéciales pour l’occasion.

Et encore en Espagne : !Feliz Navidad !

Espagne : !Feliz Navidad !

En Espagne, les fêtes de Noël commencent à la mi-décembre et se clôturent en beauté le 6 janvier, le « jour des rois ». Tous les foyers érigent une crèche avec des santons reconstituant la scène de la Nativité. Si le Père Noël devient aujourd’hui populaire, mondialisation oblige, les enfants doivent patienter jusqu'au 6 janvier pour recevoir leurs cadeaux puisque ce n'est pas le Père Noël, mais les Reyes Magos (rois mages) qui leur rapportent. La « Noche buena », nuit du 24 décembre, est comme dans beaucoup de pays l’occasion d’un repas en famille. Mais que trouve-t-on sur les tables espagnoles à l’heure de « Navidad » ? La dinde, internationale, ou l’agneau rôti sont servis après les fruits de mer qui font généralement office d’entrée. Mais les vraies spécialités de Noël sont sans aucun doute les confiseries. « Turon » (nougat), « mantecado » ou  « polveron » (sablé aromatisé à l’amande et au citron), massepain…régalent les Espagnols pendant les fêtes. Autrefois, dans les villages espagnols, la coutume voulait que l’on offre au voisin qui nous avait aidé, un panier d’osier rempli de bons produits régionaux : amandes, huile d’olive, chorizo, fruits secs… La tradition perdure puisque l’on offre toujours des paniers garnis de produits régionaux dans lesquels on retrouve : friandises, vin, liqueur, fromage…
Le 6 janvier, enfin, les Rois Mages défilent dans les rues et distribuent des bonbons aux enfants, qui reçoivent alors leurs cadeaux.

Et encore en Italie : Buon Natale

Italie : Buon Natale

Les Italiens fêtent Noël du 24 au 26 décembre, qui est un jour férié. Mais les préparatifs débutent bien plus tôt. Le 8 décembre, jour également férié, on installe et décore le sapin ; puis,  9 jours avant la nuit de Noël, on installe une crèche.
En Italie, les traditions de Noël varient en fonction des régions et les petits italiens ne reçoivent pas tous leurs cadeaux en même temps. Les premiers servis, reçoivent leurs présents le 13 décembre, à l’occasion de la Sainte-Lucie.
Dans le nord de l’Italie, c’est le Père Noël, « Babo Natale » qui apporte les cadeaux le 25 décembre. Ailleurs, c’est Sainte-Lucie, le 13 décembre.
A Rome, la nuit du 6 janvier, la « Befana », une vieille dame aux cheveux blancs, vêtue de noir, avec un énorme sac sur le dos, chevauche son balai pour apporter les cadeaux aux enfantssages…et du charbon à ceux qui ne l’ont pas été.
Si lors du réveillon, les Italiens font un repas maigre, c’est-à-dire sans viande, le repas de Noël est familial, long et copieux. Difficile de trouver un plat symbolique en Italie, car chaque région possède ses spécialités. Au dessert, on retrouve généralement du Panettone, une brioche agrémentée de raisins secs, fruits confits, zestes de citron, et cédrats. Il est dégusté de plusieurs façons : fourré à la crème, nappé de différentes sauces, recouvert de chocolat… Le Pandoro, gâteau de Vérone, est quant à lui, saupoudré de sucre glace pour rappeler la neige.

Puis au Portugal : Feliz Natal !

Portugal : Feliz Natal !

Au Portugal, le 24 décembre est férié. Le soir, à minuit, la plupart des familles, comme dans d’autres pays, vont à la messe qui s’appelle « A Missa do Galo », la Messe du Coq. Selon les croyances, un coq aurait chanté le matin du 25 décembre, célébrant à sa façon la naissance de Jésus Christ. On célèbre Consoada, le réveillon par un repas « frugal » et en famille et l’ouverture des cadeaux durant laquelle on offre à chacun des convives, une orange, symbole de Noël. Dans les assiettes portugaises, c’est sans surprise, la morue que l’on retrouve. Le « Bacalhau cozido » se compose de morue cuite avec des pommes de terre et du chou arrosé d'huile d'olive. Mais si le plat est relativement simple, c’est pour laisser de la place pour les desserts qui sont au nombre de 13. Parmi ces douceurs, des fruits, mais surtout les classiques de la pâtisserie portugaise. Le 25, on se réunit à nouveau pour partager un chevreau rôti servi avec des grelos (proches des épinards) et des pousses de navet.

Et enfin en Grèce : Kala Christouyenna

Grèce : Kala Christouyenna

En Grèce, pays orthodoxe qui a adopté le calendrier grégorien, la naissance de Jésus est célébrée le 25 décembre et non le 7 janvier comme en Russie. Mais si Noël est fêté comme il se doit, les Grecs accordent bien plus d’importance aux fêtes de Pâques. 
La veille de Noël, un repas de réveillon frugal clôt une période de jeûne de 40 jours. On se couche tôt pour assister à la messe qui commence à quatre heures du matin. Le 25 décembre, au retour de l'église, toute la famille partage ensemble du miel, des fruits secs et du Christopsomo, une galette aux noix dans laquelle on laisse l'empreinte de sa main avant la cuisson. Un repas réunit ensuite toute la famille pour fêter Noëlautour de spécialités traditionnelles telles la galopoula (dinde farcie aux marrons, raisins de corinthe et noix ou amandes) accompagnée de pommes de terre au four, le gourounopoulo psito(jeune porcelet rôti badigeonné d’huile) et le melomacarona (gâteau à base de noix et de sirop de miel). 
En Grèce, il n’y a pas de sapin de Noël, mais de magnifiques maquettes de bateaux en bois, emblème traditionnel de Noël en Grèce.
Les cadeaux ne sont pas distribués à Noël mais le 1er janvier au moment où les Grecs fêtent Saint-Basile. En Grèce, le Père Noël n’existe pas, Saint-Basile se charge de la distribution des cadeaux."

 

Joyeux Noël à tous 

 

 

Texte: fanny Griessmer , source manger- bouger. 

patricia 24/12/2013 17:35

merci,et un bon et joyeux noel ma belle, bisous

Toute reproduction sans l'accord de l'auteur est interdite. -  Hébergé par Overblog