Le pouvoir du gras

 

Aucune substance alimentaire n’a aussi mauvaise réputation que la graisse. 

Elle nous ferait grossir, provoquerait toutes sortes de maux. 

Pourtant, elle remplit de nombreuses fonctions vitales. 

 

 

Un point sur cette substance, que l’on connait peu. 

 

Elle n’est pas seulement une réserve d’énergie pour le corps, un moyen de survie par temps de disette, c’est l’une des composantes les plus polyvalentes de notre alimentation. Elle est en effet constituée de centaines de molécules différentes qui remplissent de multiples fonctions physiologiques. 

 

Elle est constituée d’acides gras, ce sont des molécules allongées, au nombre de segments variable. 

Beaucoup se lient à d’autres substances afin de faciliter d’importants processus dans l’organisme. 

Les acides gras associés au phosphore par exemple, stabilisent certaines membranes cellulaires. 

D’autres encore fournissent une substance qui agit sur les muscles de l’appareil digestif et la vessie. 

 acides_gras.jpg

Les acides gras permettent la production d’hormones vitales, assurent l’irrigation sanguine des tissus ainsi que le transport de bon nombre de vitamines. 

Ils servent d’isolant aux 70 milliards de cellules, leur évitant de s’assécher. Ils sont indispensables au fonctionnement des neurones. Ils donnent leur élasticité à la peau et aux cheveux. 

 

Seule une fraction des graisses est donc utilisée par l’organisme comme source d’énergie. 

 

huile de foie

 

La graisse ne fournit en moyenne que 35% de notre ration calorique quotidienne. La plus grande partie étant apportée par les sucres. Et pourtant, bien des régimes préconisent de renoncer aux calories provenant des matières grasses. 


Aux Etats-Unis par exemple, la part moyenne des graisses dans l’alimentation a baissé d’environ 1/5 ces trente dernières années, passant de 42% à 34%. Cette diminution n’a cependant pas entrainé une chute de poids moyen des Américains, ni diminué leur taux de graisses corporelles. Au contraire, l’obésité a progressé. 

obésité-copie-1

 

Réduire sa consommation pousse à manger beaucoup plus de sucre, sous forme de pain, riz pâtes et de céréales. 

Les personnes qui suivent un régime pauvre en graisse enrichissent involontairement leurs repas avec plus de sucres.

 

Cependant le corps humain ne peut les stocker que jusqu’à une certaine limite. Ces capacités de stockage (essentiellement dans le foie et dans les muscles) étant vite atteintes, tout apport supplémentaire en sucre se transforme en graisse. Celle-ci va être stockée dans les cellules du tissus adipeux. 


Les sucres peuvent donc provoquer autant de surpoids que les graisses elle-même

 

 

beurre

Alors ne retirez pas toutes sources de graisses de votre alimentation.


Contrôlez seulement la quantité et Pensez à varier vos sources de matières grasses: par exemple:  de l’huile de soja pour la vinaigrette, de l’huile d’olive pour les légumes et la viande/ poisson et le beurre pour le pain le matin. 

 

 

1 CàS convient pour 1 personne pour la préparation d’un repas. (et non d'un plat!)

 


 

Des questions , n'hésitez pas à me contacter via ce blog ou mon site professionnel "Diététiquement Votre" . 

 

 

 

 

 

Source: GEO Savoir Octobre 2012. 

Retour à l'accueil