Petit point sur l'huile d'olive: 

L'huile d'olive extra-vierge est 100% jus d'olive, jamais coupée avec d'autres huiles. Elle est extraite avec des procédés uniquement mécaniques ou physiques, qui n'altèrent pas ses qualités. Elle n'a subi aucun traitement autre que le lavage, la décantation, la centrifugation et la filtration. Son acidité est inférieure à 0,8g pour 100g . Plus l'acidité est faible meilleure est la qualité. 

 

 img article229

L'huile d'olive vierge est proche de l'huile d'olive extra vierge par ses caractéristiques d'extraction, mais elle possède un taux d'acidité jusqu'à 2 g pour 100g et une saveur moins fine. 


L'huile d'olive est un mélange d'huile d'olive raffinée (c'est à dire traitée industriellement à des températures et des traitements chimiques qui altèrent le goût, l'odeur, et la couleur de l'huile) et de l'huile d'olive vierge. Elle est utilisée dans les conserves, pour les sardines par exemple. 


L'huile désodorisée est une huile dont on a enlevé l'odeur et le goût trop prononcé en injectant de la vapeur d'eau sous vide, à une température élevée. Ce procédé affadit l'huile et altère les acides gras insaturés et poly-insaturés qu'elles contient,ceux-là même qui préviennent les maladies cardiovasculaires. 


INFORMATION: questions.jpg

Un nouveau réglement européen (entrée en vigueur le 1er avril dernier) permet désormais de "couper" l'huile d'olive extra vierge avec des huiles de moindre qualité. 

Quelles sont les garanties pour le consommateur d'acheter une huile d'olive de qualité en grande surface? Aucune ou presque.

 

Ce nouveau réglement autorise la vente d'huile désodorisée, sous la dénomination "extra-vierge", à condition qu'elle ne contienne pas plus de 150mg/kg d'esters d'alkyle. Une décision qui fait bondir les dégustateurs avertis. La présence d'huiles désodorisées doit être indiquée sur l'étiquette, en vertu du droit du consommateur à l'information et à la santé. Hélas le législateur semble impuissant à réguler un marché de l'huile d'olive caractérisé par des pratiques obscures et des régles trop floues. Ainsi , peu de producteurs indiquent sur leurs bouteilles l'origine géographique exacte de leurs olive ou l'année de la récolte, des informations juridiquement facultatives, mais qui seraient bien utiles pour s'assurer de la qualité d'un produit. 

Certes, une directive européene a permis de rendre obligatoire l'indication d'une date de péremption qualitative mais elle est laissée à l'appréciation des producteurs qui la fixent généralement, à raison, à 18 mois après la mise en bouteille. 


Et même quand l'huile d'olive est achetée en bouteille, comment être sûr qu'elle n'a pas attendu 3 ans dans un container surchauffé avant de trouver preneur? Cette pratique n'est pas rare en Grèce et Espagne, même si l'Europe a beaucoup aidé ces pays à améliorer leurs conditions de stockage. Cependant ce sont ces huiles que l'on retrouve au supermarché. 


Est il alors possible de faire le bon choix dans ces conditions? 

Oui en surveillant les mentions AOC ou AOP, labels accompagnant  d'un cahier des charges contraignant.

En privilégiant les produits qui affichent le millésime et l'origine des olives sur l'étiquette et en achetant directement au petit producteur qui ne stocke pas des mois sa production. Enfin il faut accepter de mettre le prix et faire confiance à son palais!!!!!!!!!!!

Retour à l'accueil